Entre roche et béton

31 octobre 2014
À genou à travers les Alpes
À genou à travers les Alpes

Les trains de voyageurs circulent à une vitesse d’environ 200 km/h, une prouesse rendue possible par les ouvriers chargés de poser, une à une, les traverses le long du tronçon. (2012, Archives d’État du canton d’Uri)

Sans les ingénieurs, le tunnel de base du Gothard n'aurait jamais vu le jour. Mais il ne serait rien non plus sans les nombreux ouvriers qui l'ont creusé, ont maçonné son intérieur et coulé le béton de sa voie ferrée. Ensemble, ils ont construit 115 km de voie et bétonné quelque 200 000 traverses pour soutenir les voies ferrées, un travail difficile qui demande de la précision. Dans l'atmosphère étouffante de la galerie, une machine dépose à intervalles réguliers une couche de béton, que les ouvriers étalent entre les rails et les traverses. Le béton est ensuite aplani et lissé par les ouvriers, qui travaillent à genoux sur des supports en mousse. Les voies ne doivent pas s'écarter de plus d'un demi millimètre du tracé prévu, tant sur le plan vertical qu'horizontal. La dernière traverse, fabriquée en or pour l'occasion, est posée le 31 octobre 2014.

Partager cette page