La Suisse orientale doit renoncer à son rêve

29 novembre 1989
Les ponts de Bruggen
Les ponts de Bruggen

La Suisse orientale doit renoncer à sa ligne ferroviaire à travers les Alpes, un rêve qu’elle caressait pourtant depuis longtemps. Elle fait d’ailleurs partie des premières régions de Suisse à être raccordée au rail. À Bruggen près de St-Gall, au début du XXème siècle, plusieurs ponts enjambent déjà la vallée de la Sitter. (sans mention de date, Kartenplanet.ch)

L'intégration des cantons et des régions permet au projet des NLFA d'être approuvé par le Parlement en 1991 et accepté en votation populaire. Ce résultat contraint la Suisse orientale à renoncer à sa revendication, vieille de plus d'un siècle, d'une ligne de transit ferroviaire à travers les Alpes orientales. En contrepartie, le projet NLFA promet de relier la Suisse orientale grâce à la variante réseau, qui prévoit l'aménagement de lignes ferroviaires menant au Gothard en passant par Zurich et Rapperswil. La première réunion du groupe de travail chargé de réaliser cette partie du projet remonte à 1989. Les projets des tunnels du Zimmerberg et du Hirzel, censés relier la Suisse orientale, sont toutefois repoussés pour une durée indéterminée suite au redimensionnement du projet des NLFA pour raisons financières.

« Les gouvernements cantonaux de Suisse orientale ne peuvent être d'accord avec cette analyse. »

Gouvernements des cantons de GL, SH, AR, AI, SG, GR, TG, lettre au Conseil fédéral, 28.02.1985

Fachtagung Eisenbahn-Alpentransversale ; DRS-aktuell

1986, Archives fédérales suisses / Schweizer Radio und Fernsehen

Fachtagung Eisenbahn-Alpentransversale ; DRS-aktuell

Séminaire sur les NLFA, DRS-aktuell, 1986 (Archives fédérales suisses / Schweizer Radio und Fernsehen)

Ostalpenbahn-Debatte im Grossen Rat GR ; Antenne

1971, Archives fédérales suisses / Schweizer Radio und Fernsehen

Ostalpenbahn-Debatte im Grossen Rat GR ; Antenne

Débat sur la ligne ferroviaire des Alpes orientales au Grand Conseil grison, Antenne, 1971 (Archives fédérales suisses / Schweizer Radio und Fernsehen)

Partager cette page