La ligne du Gothard et les écrivains

De nobles ambassadeurs
De nobles ambassadeurs

Avant d’être reconnu comme homme de lettres — il recevra le Prix Nobel de littérature en 1919 — l’écrivain suisse alémanique Carl Spitteler publie en 1897 le guide de voyage «Le Gothard» à la demande de la Société des chemins de fer du Gothard. Spitteler avait d’abord pensé garder l’anonymat pour cet ouvrage qui lui vaudra des honoraires princiers. (sans mention de date, Keystone)

On trouve dans la littérature de fréquentes allusions à la ligne du Saint-Gothard. En 1897, Carl Spitteler, à la demande de la Société des chemins de fer du Gothard, décrit un voyage en train à travers le tunnel et raconte l'histoire de celui-ci. En 1947 paraît le roman historique de Felix Moeschlin, «Wir durchbohren den Gotthard» (sur le creusement du tunnel). Moeschlin est un représentant influent du mouvement de la Défense spirituelle. La littérature de cette époque a marqué l'image que se fait la Suisse de ses voies de chemin de fer alpines : elles représentent, en particulier celle du Gothard, l'alliance entre les prouesses techniques et l'efficacité de la Suisse, cette nation née de la volonté. L'épisode de la bouteille de sirop dans le tunnel hélicoïdal, raconté dans l'ouvrage pour la jeunesse écrit par Klaus Schädelin, «Mein Name ist Eugen» (1955), reste savoureux. Un film tiré du livre est sorti en 2005.

« Cependant, comme la nuit même la plus majestueuse d'un tunnel ne se distingue en rien d'une banale nuit de cave, la tension tombe bien vite, faute d'être nourrie. »

Carl Spitteler, Le Gothard, Frauenfeld 1897, p. 53

Fréquences relatives des mots-clefs dans les publications depuis le 19e s. selon Google ngram, par domaine linguistique

Fréquences relatives des mots-clefs dans les publications depuis le 19e s. selon Google ngram, par domaine linguistique
Fréquences relatives des mots-clefs dans les publications depuis le 19e s. selon Google ngram, par domaine linguistique
7'000 francs

montant du prix que Carl Spitteler reçoit pour son guide touristique. Cette somme équivaut à 40 mois de salaire d'un mineur. Son œuvre lui permet également de bénéficier de voyages gratuits en première classe sur la ligne du Gothard pendant douze ans.

1899 année

où Karl May écrit son poème «Am Gotthardt».

1023 pages

que compte le roman de Felix Moeschlin «Wir durchbohren den Gotthard» [nous perçons le Gothard] (496 pour le tome 1, 527 pour le tome 2).

Partager cette page