Résultats pour la phase
"Planification et votation populaire 1983 - 1992"

Au milieu des années 1980, des politiciens ressortent les projets des NLFA. La « mort des forêts » sensibilise la société aux problèmes environnementaux. Pressée par l'Europe de faciliter le transport par route, la Suisse voit une solution à cette question dans le transfert des marchandises vers le rail et dans les tunnels de base du Gothard et du Lötschberg. Enfin, c'est comme élément fédéraliste complétant le projet Rail 2000 que les NLFA prennent du poids, et finissent par rallier toutes les régions du pays à leur cause. En 1992, une étape cruciale est franchie : les citoyens acceptent les NLFA.

12 juillet 1988

Cinq variantes

Lötschberg-Simplon, Gothard, variante Ypsilon ou Splügen 1 et 2? Le Conseil fédéral veut poursuivre avec les variantes Saint-Gothard et Lötschberg-Simplon.

Visionner
1988

Transport combiné

Un rapport déterminant: le bureau Infras recommande une démarche coordonnée sur le plan international et le transfert du trafic routier au rail.

Visionner
1989

Commande, production et exploitation

Le projet de construction des NLFA tel qu’arrêté par la Confédération sépare infrastructure et exploitation : un nouveau mode de gestion qui fait ses preuves.

Visionner
2 mars 1989

Des solutions transfrontalières

En 1989 à Francfort, une conférence européenne sur les transports pose les jalons en faveur du rail. Le conseiller fédéral Adolf Ogi représente la Suisse.

Visionner
29 novembre 1989

La Suisse orientale doit renoncer à son rêve

La ligne ferroviaire à travers les Alpes orientales est un rêve de longue date pour la Suisse orientale. Cette option n’est pas retenue, mais la région est intégrée dans le projet de la variante réseau.

Visionner
4 octobre 1991

Le Parlement veut les NLFA

Le Parlement, s’appuyant sur des arguments de politique régionale, environnementale et européenne, se déclare favorable à la construction des NLFA.

Visionner
2 mai 1992

Accord avec l’Europe

Les responsables politiques négocient le projet avec l’Europe avant même que le peuple approuve le projet NLFA.

Visionner
1992

L’accord de la Suisse romande

Les deux tunnels de base du Gothard et du Lötschberg profitent avant tout à Zurich et Berne, au Valais et au Tessin. Mais la Suisse romande retire aussi de gros avantages des NLFA.

Visionner
27 septembre 1992

Oui aux NLFA

Le souverain accepte à une large majorité le projet NLFA, avec entre autre la construction des tunnels du Gothard, du Ceneri et du Lötschberg.

Visionner
6 décembre 1992

Non à l’EEE

Le non de la Suisse à l’Espace économique européen bloque les négociations sur la politique des transports.

Visionner